Retour sur le site
Tous les articles du blog

17 janvier 2019

Jardiner responsable, c’est possible !

La loi 2014-110 du 6 février 2014 appelée loi Labbé, reprise dans la loi de transition énergétique pour la croissance verte prévoit une interdiction d’achat et de détention des produits phytosanitaires de synthèse pour les particuliers. Décryptage…

 

Que dit la loi ? 

Entrée en vigueur au 1er janvier 2019, la loi Labbé interdit la vente, l’usage et la détention de produits phytosanitaires aux jardiniers amateurs.

Les seuls produits qui restent utilisables par les jardiniers amateurs seront :

Les produits de biocontrôle

Les produits utilisés en agriculture biologique

Les produits à faible risque

L’utilisation des produits chimiques de synthèse sera autorisée dans certaines conditions comme la lutte contre les organismes nuisibles réglementés ; des dérogations pourront également être données contre des dangers sanitaires graves, menaçant la pérennité d’un patrimoine historique ou biologique (Article 8 de la La loi Potier).

La liste des organismes nuisibles établie en 2000 et consolidée en 2016, concerne aussi bien des mammifères, des insectes, des nématodes, des plantes, des champignons, des bactéries ou des virus. Ces organismes sont classés en deux listes distinctes :

Annexe A : la lutte est obligatoire, de façon permanente sur tout le territoire.

Annexe B : la lutte n’est pas obligatoire mais leur propagation peut représenter un danger. Les conditions d’interventions seront définies pour une zone par arrêté préfectoral.

 

Que faire de ses anciens bidons ? 

La loi interdit aussi la détention des produits phytosanitaires. Cela implique donc de se débarrasser de ses bidons, même s’ils contiennent encore des produits.

Les produits phytosanitaires sont des déchets chimiques dangereux et ne doivent donc pas être éliminés dans les filières classiques des ordures ménagères.

Il est possible de les déposer dans une déchetterie habilitée. Retrouvez par exemple une liste des déchetteries près de chez vous ici.

Certaines enseignes de bricolage et de jardinage proposent aussi des campagnes ponctuelles de reprise, généralement au printemps et à l’automne. Renseignez-vous en magasin.

 

Jardiner autrement c’est possible ! 

L’usage de produits phytosanitaires de synthèse a montré ses limites : toxicité pour l’environnement, pour la faune auxiliaire (non cible), pollution des eaux de surface et souterraines, santé humaine et apparition de résistances des maladies et ravageurs.

La lutte alternative réduit de façon importante ces risques. L’utilisation d’auxiliaires spécifiques permet de réduire les risques pour la faune non cible.

 

Règle primordiale : apprendre à observer son jardin !

Il est nécessaire de bien connaître son sol, les plantes en place, la faune présente pour pouvoir anticiper l’apparition de ravageurs et maladies et protéger le jardin en amont.  Par exemple la disposition d’une haie champêtre est une action intéressante qui permet de favoriser les insectes auxiliaires naturellement présents et limiter ainsi naturellement la pullulation des ravageurs.

Il est aussi important de prendre le temps d’observer son jardin pour identifier les problèmes le plus précocement possible et estimer le niveau de propagation qui, si il risque de compromettre la récoles, va nécessiter une intervention avec des solutions de biocontrôle.

Elles sont issues de la recherche scientifique et sont des méthodes de protection faisant appel à des organismes vivants et/ou des substances naturelles comme :

Les macro-organismes : ennemis naturels des ravageurs (syrphes, chrisopes, coccinnelles…)

Les micro-organismes : virus, bactéries ou champignons qui sont inclus à la formulation de produits de biocontrôle (type Bacillus thuringiensis)

Les médiateurs chimiques : phéromones pour piéger ou repousser les nuisibles voire perturber la reproduction

Les substances naturellement d’origine minérale, végétale ou animale

ATTENTION : substances naturelles, de base ou AB peuvent malgré tout représenter des risques pour l’environnement ou la santé (notamment par les doses appliquées) et peuvent nécessiter l’usage d’équipements de protection.

Pour retrouver toutes nos fiches sur le jardinage au naturel, rendez-vous ici.

Retrouver la vidéo notre intervention dans « Ensemble, c’est mieux » sur France 3 Champagne-Ardenne et France 3 Lorraine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *